Actualités

Discours ministériel d'hommage à Arsène Tchakarian

 
 
Discours ministériel d'hommage à Arsène Tchakarian

Obsèques de M. Arsène TCHAKARIAN, Résistant.

Cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine

Mardi 14 août 2018

Madame,

Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs,

[Je souhaite tout d’abord transmettre aux proches d’Arsène TCHAKARIAN mes sincères condoléances.]

[Je tiens également à remercier l’ensemble des personnes présentes, et en particulier les porte-drapeaux, les anciens combattants, les militaires, Monsieur CHARLET, Directeur-adjoint de l’Organisation nationale des anciens combattants et des victimes de guerre ainsi que Monsieur SEBTON, conseiller mémoire de Madame la Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.]

[Je vais à présent lire le message que Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées a souhaité adresser en l’honneur d’Arsène TCHAKARIAN.]

Je rends hommage en ce jour à Arsène TCHAKARIAN, Résistant, qui nous a quittés à l’âge de cent-un ans ce samedi 4 août, après avoir consacré sa vie au service de la France.

Mes premières pensées, émues, vont vers vous, Madame, et vers les enfants et petits-enfants de Monsieur TCHAKARIAN. La mémoire de votre époux est célébrée par notre pays reconnaissant, mais son souvenir appartient, aussi, à sa famille. Je vous adresse mes plus sincères condoléances, avec tous les agents de l’État dans le département. C’est à l’homme dont la vie suit intimement l’histoire de notre pays que je souhaite rendre hommage aujourd’hui.

Nous sommes en effet réunis dans ce cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine, où reposent des camarades de lutte d’Arsène TCHAKARIAN, ses camarades résistants dont il avait fait vœu d’entretenir le souvenir et de faire perdurer le combat.

1. Éléments biographiques et faits d’armes

A. Arrivée en France et engagement militaire

Né en Turquie à l’époque du génocide arménien, Arsène TCHAKARIAN trouve refuge en France, avec sa famille. Nous sommes en 1930, il a alors 14 ans. Sept ans plus tard, il s’engage sous les drapeaux, au sein du 182ᵉ régiment d’artillerie lourde de Vincennes. Mobilisé, envoyé au front dès le 2 septembre 1939, il participe avec bravoure aux combats des Ardennes et de la Meuse, jusqu’à sa démobilisation à Nîmes, le 5 août 1940.

B. Entrée dans la Résistance

Prouvant son amour pour la France, Arsène TCHAKARIAN entre dans la Résistance. En octobre 1942, il rejoint le groupe Manouchian, du mouvement Francs-Tireurs et Partisans – Main d’œuvre d’immigrés, au sein duquel, risquant sa vie, il lutte contre l’occupant nazi.

Après l’arrestation et l’exécution de ses camarades, en novembre 1943, Arsène TCHAKARIAN part à Bordeaux, où il contribue aux opérations préparant le débarquement allié. Enfin, après avoir rejoint le maquis de Lorris des Forces françaises de l’Intérieur dans le Loiret, il participe aux combats pour la libération de Montargis et Paris.

Arsène TCHAKARIAN a voulu se battre pour le pays qui l’avait accueilli, jeune immigré arménien. Sa lutte n’a pas pris fin à la libération, son engagement ne l’a pas quitté et Arsène TCHAKARIAN a entrepris, sans relâche, son œuvre de transmission mémorielle.

2. Après la guerre, une œuvre de transmission

A. Engagé parmi les anciens combattants

Se consacrant tout d’abord à la cause combattante, Arsène TCHAKARIAN s’investit auprès de plusieurs associations d’anciens combattants. Leur présence, nombreuse en ce jour, lui rend un hommage à la hauteur de son engagement. Au sein de l’Association nationale des volontaires, anciens combattants et résistants arméniens, il est trésorier puis président d’honneur. De même, au lendemain de la Libération, il s’associe à l’union nationale et propose ses services bénévoles au Secrétariat d’État aux Anciens combattants, durant vingt-cinq ans.

Arsène TCHAKARIAN fait œuvre, toute sa vie, de transmission. Son témoignage, qu’il délivre lors d’interventions radiophoniques et télévisées, nous est aussi donné à lire dans les ouvrages de mémoire dont il est l’auteur.

B. Dévoué à la jeunesse

Dans son inlassable travail de passeur de mémoire, Arsène TCHAKARIAN sait s’adresser à tous les Français. Il sait particulièrement bien s’adresser à la jeunesse, aux jeunesses de toutes les décennies, dont il souhaite qu’elles tirent les leçons de l’Histoire. Témoin d’un temps marqué par les horreurs humaines, il offre sa mémoire aux lycéens et collégiens, pour qu’ils n’oublient jamais.

Afin que ne soient jamais oubliés, le courage, la force, l’abnégation et le sacrifice de ses camarades combattants et résistants, Arsène TCHAKARIAN parcourt le pays, à la rencontre de ceux qui leur doivent de vivre dans la paix et de demeurer dans la beauté des choses.

3. La République sait ce qu’elle lui doit

Rendant hommage aux membres du groupe Manouchian, Aragon écrit que la mort n’éblouit pas les yeux des partisans. Permettez-moi, au nom de l’État, d’affirmer que la vie d’Arsène TCHAKARIAN a laissé une trace éblouissante pour la nation française. La République reconnaît en cette figure marquante du Val-de-Marne un homme admirable, hors du commun et fervent défenseur de la patrie. Elle l’a d’ailleurs promu Commandeur de l’ordre national de la Légion d’Honneur.

Son dévouement au service de la mémoire laissera une empreinte inaltérable pour les générations futures. Votre présence en nombre et qualité pour ce dernier hommage témoigne de l’émotion, très largement partagée, que suscite sa disparition.

Il nous revient de rendre hommage à l’homme exemplaire qu’il fut, et de faire vivre dans les esprits l’engagement, l’honneur et le dévouement qui ont animé sa vie.

Notre présence est un appel à se souvenir, à perpétuer la mémoire et à faire sienne les valeurs d’Arsene Tchakarian et de ses compagnons.

Parce qu’ils sont des modèles inspirants et parce qu’ils sont des modèles d’engagement, puisse la jeunesse de France découvrir la vie et les combats de ces figures remarquables.

La Résistance demeure une source d’admiration et un exemple d’unité dans l’épreuve. Attachés aux valeurs humanistes, à la dignité humaine, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité, nous devons faire vivre encore et toujours l’esprit de leur combat pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais.

> 20180814 Discours obsèques TCHAKARIAN VF - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,08 Mb