Actualités

Le « Street Pooling » : une utilisation malveillante des bouches d’incendie

 
 
Le « Street Pooling » : une utilisation malveillante des bouches d’incendie

De juin à juillet 2017, au cours des pics de chaleur, 417 ouvertures intempestives de bouches d’incendie, aussi appelées « street-pooling » ont été recensées dans le département du Val-de-Marne. Afin de prévenir ce phénomène, les services du cabinet du Préfet ont réuni les communes duDépartement le 14 juin 2018 afin de coordonner l’action départementale. À cette occasion, le capitaine Bonnier, chef de groupe de la Défense Extérieure Contre l’Incendie et des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (DECI-ICPE) du bureau de prévention de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP), est venu partager son expertise.

Quels sont les risques liés à ces ouvertures ?

Ces ouvertures perturbent le travail des pompiers et de la police. En effet, elles génèrent un nombre d’appels important qui engorgent la salle de crise. Le manque d’eau du réseau est également à constater concernant les immeubles élevés, notamment à partir du septième étage, entraînant dès lors des problèmes sanitaires importants.

Ces ouvertures provoquent également des accidents. La pression est telle que des blessures graves peuvent être causées par ceux qui ouvrent les bouches d’incendie et par ceux qui jouent avec. Les geysers d’eau montent jusqu’à 7 à 8 mètres de haut. Ils gênent la visibilité des usagers et sont à l’origine d’accidents de la circulation. Des électrocutions peuvent également survenir.

Enfin, toute cette eau inonde les chaussées mais aussi les caves, ce qui cause des dégradations importantes entraînant des coupures d’eau et d’électricité dans les habitations.

Quelles sont les solutions pour lutter contre ce phénomène ?

Afin de lutter contre le phénomène de « street-pooling », des actions de prévention à destination du public et des gestionnaires des bouches d’incendie sont très utiles. Un groupe de travail du ministère de l’Intérieur formalise actuellement un guide de préconisations.

La mise en place d’équipement permanents de sécurité est encouragé. Il s’agit d’un kit de sécurité muni d’une couronne qui entoure le carré de manœuvre, le tout fixé par 4 vis inviolables. Cela permet une utilisation de la bouche d’incendie que de par la clef des sapeurs-pompiers. Des limiteurs de débits débrayables sont en cours de développement par les industriels.

Des expérimentations ont démontré que la mise en place de dispositifs publics de rafraîchissement permettait de réduire le nombre d’ouverture intempestive de bouches d’incendie.

Enfin, les maires prennent un arrêté municipal et permettent ainsi de caractériser le délit du vol d’eau et par conséquent, d’engager des poursuites judiciaires. En effet, un individu pris en flagrant délit peut être poursuivi pénalement au titre des infractions suivantes : mise en danger d’autrui, dégradation aggravée d’un bien public, entrave à la circulation routière et entrave à l’arrivée des secours.

Les communes organisent également des astreintes techniques capables d’intervenir rapidement pour fermer les bouches d’incendie et éviter les accidents.

Capture d’écran 2018-06-26 à 11.56.04
 
 

A lire également :