Actualités

Plan national canicule : la veille saisonnière a commencé !

 
 
Plan national canicule : la veille saisonnière a commencé !

Relancé le 1er juin 2018 par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, le plan national canicule (PNC) est un dispositif qui se déroule chaque année depuis 2003. Du premier jour du mois de juin au 15 septembre, le PNC donne lieu à une veille saisonnière : durant cette période, Météo France et la Direction générale de la santé collaborent pour surveiller ensemble et de manière quotidienne les différents pics de chaleurs. L’Agence régionale de santé participe également à cette veille, au niveau local.

Plusieurs niveaux de chaleur existent : la veille saisonnière, l’avertissement chaleur, l’alerte canicule et la mobilisation maximale, échelon le plus élevé d’une période caniculaire. La canicule est annoncée quand la température ne redescend pas en dessous de 21° la nuit : on estime alors que les personnes n’ont pas le temps de récupérer de la chaleur éprouvée durant la journée, ce qui les expose à des risques sanitaires.

Initié par la terrible canicule de 2003, au cours de laquelle le Val-de-Marne a été le département le plus atteint, ce plan canicule a plusieurs objectifs. Le premier est de pouvoir alerter le plus tôt possible les autorités compétentes sur les risques de canicule. Le second, tout aussi important, est d’en faire un outil de conseil auprès du grand public sur les gestes à adopter et les dispositifs publics existants dont il peut bénéficier. C’est dans cet objectif que l’État intervient dans un rôle de communication, au travers des préfectures depuis 2015 grâce à la déclinaison du PNC au niveau départemental : des rappels de consignes sont faits aux communes de manière régulière, avec mise à disposition de kits de communication. Les personnes vulnérables que sont les enfants, les personnes âgées et celles sans domicile fixe, sont attentivement surveillées par les communes et le Samu social, notamment grâce à un fichier où les personnes volontaires peuvent s’inscrire pour bénéficier d’une assistance renforcée.

Mais cela ne s’arrête pas là : en effet, si l’on pense à la protection des humains en période de canicule, il existe également d’autres sujets qui méritent une attention toute aussi particulière. Pensons notamment aux réseaux et installations électriques : indispensables dans certains établissements, comme les hôpitaux, EPHAD et crèches, ces réseaux souffrent de la chaleur qui peut les endommager. Et si l’un de ces établissements s’arrête de fonctionner en période de canicule, les conséquences peuvent être catastrophiques. Ces infrastructures et bien d’autres encore à l’instar des tunnels routiers sont surveillés conjointement avec Enedis.

L’eau potable est également sujette aux dégradations durant les fortes chaleurs : puisée dans la Sein et dans la Marne, l’eau est habituellement traitée en usine. Mais les traitements quotidiens se révèlent ne plus être assez efficaces quand la température monte trop. Un suivi est donc nécessaire pour éviter toute altération de l’eau.

Pendant plus de trois mois, de nombreux acteurs (notamment des ministères, agences de sécurité sanitaire, organismes nationaux, associations et professionnels de santé) vont se mobiliser pour prévenir les risques de canicule et anticiper au mieux les effets désastreux qu’on connaît à ce phénomène.

canicule
 
 

A lire également :