Actualités

Sécurité Alimentaire : les services de la DDPP en alerte sur les viandes polonaises frauduleuses

 
 

Le 30  janvier dernier,  dans le cadre d’une procédure d’alerte transmise par la Direction Générale de l’Alimentation (DGAl) du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, la DDPPDirection départementale de la protection des populations du Val-de-Marne a été informée de l’introduction en France de 800 kg de viande bovine non conforme d’origine polonaise, dont 600 kg ont transité par les opérateurs du département.

Ces lots de viande provenaient de bovins abattus en Pologne et n’avaient pas fait l’objet de contrôle officiel par un vétérinaire à l’abattoir. Au total, 13 pays européens ont été concernés. Sur 2,7 tonnes exportées par la Pologne, 795 kg de viande ont été vendues en France.

Dès la réception de l’alerte, la  procédure de retrait-rappel des lots de viande non-conforme a été mise en œuvre par les services de contrôle de la DDPPDirection départementale de la protection des populations du Val-de-Marne. Les équipes ont ainsi établi la traçabilité des produits via la facturation des opérateurs à leurs clients. Ainsi, tous les acheteurs susceptibles d’avoir acquis les lots de viande incriminés ont été informés de leur caractère « impropre à la consommation » et des vérifications ont été conduites sur le terrain, par les agents de la DDPPDirection départementale de la protection des populations, pour s’assurer de l’effectivité de la mesure. Au total, ce sont 5 agents de la DDPPDirection départementale de la protection des populations qui sont intervenus dans le cadre de cette alerte : 2 agents sont restés en contact permanent avec les professionnels concernés et les services de la DGAl, afin de récupérer et transmettre les informations concernant la traçabilité et le devenir des lots concernés, et 3 agents ont réalisé des inspections des grossistes ou des établissements destinataires pour s’assurer que ces professionnels étaient bien effectivement informés de l’alerte, qu’aucune viande impropre à la consommation n’était proposée à la vente et que les affichettes visant à informer le consommateur final avait bien été apposées dans les boucheries. Une quinzaine de contrôles ont ainsi été réalisés dans les jours qui ont suivi le déclenchement de l’alerte. Ces actions ont permis de retrouver environ 250 kg de marchandises qui étaient encore présentes dans le Val de Marne et d’informer les DDPPDirection départementale de la protection des populations des autres départements destinataires de ces denrées. La totalité des viandes retrouvées a été détruite.

Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, a ainsi déclaré : « Je tiens à  souligner la réactivité des services du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et des professionnels du secteur qui se sont mobilisés pour gérer cette crise en moins de 72h. Cela démontre bien l’efficacité de notre système de traçabilité en France ».

Plusieurs départements français ont été concernés et l’ensemble des professionnels destinataires de lots ayant pu contenir les viandes non conformes ont mis en place les mesures de retrait-rappel nécessaires.

Le samedi 2 février, la totalité de la viande a été retrouvée. Très précisément, sur ces 795 kg, 500 kg ont été bloqués et seront détruits, 150 kg ont été vendus au consommateur via notamment des boucheries. Les 145 kg restants ont été identifiés dans des lots de viande commercialisés par des grossistes, boucheries ou restaurants. Une partie de ces lots a pu être retirée du marché et Les boucheries concernées ont mis en place des affichettes pour informer leurs clients et rappeler ces produits frauduleux.