Préfecture de Créteil

Le batiment

 
 
Il est inauguré en décembre 1971

Un vaisseau de verre, de granit et d'acier 

maquette
Sur un plan, une tache bleue qui symbolise un lac en cours de création et un quadrillage noir qui représente une ville en train de naître. Entre les deux, il s'agit de réaliser un édifice public de prestige, représentant l'Etat. Pour l'architecte, la moitié du chemin est déjà parcourue pour la perception générale de la composition : à l'évidence, l'ouvrage ne sera pas un simple volume construit en bordure d'une pièce d'eau. Véritable sculpture aussi imposant qu'élégant, l'édifice va "embrasser" ce lac, une cassure du volume simulant le mouvement des deux bras.
Maquette de la Préfecture du
Val-de-Marne
 

Les buts à atteindre

  • Construire un édifice dans lequel tous les fonctionnaires seront heureux de travailler.
  • Concevoir des espaces communs suffisamment vastes pour recevoir 3 à 4000 personnes, suffisamment modelés et variés afin de ne pas être des espaces désertiques et tristes lors de la vie quotidienne. Les locaux propres à chaque fonction étant conçus pour être complémentaires, les réceptions du Conseil Général et celles de la Préfecture peuvent avoir lieu séparément ou simultanément. 
  • Eviter toute monotonie. S'éloigner d'une trame technique standard qui ne reflète rien.
     

Vu de l'extérieur, un édifice public doit exprimer la vie intérieur, très modelée par les différentes fonctions, afin de conférer à l'ouvrage sa personnalité et le prestige souhaité.

Une œuvre collective

Un édifice public, qui doit assurer des fonctions de prestige, n'est jamais l'œuvre d'un architecte solitaire, mais celui d'une équipe.
Dans la recherche de la conception d'ensemble, les remarques, critiques et directives de Paul Camous, Préfet délégué, ont été très bénéfiques.
Lucien Lanier, lui succédant, a conduit la réalisation jusqu'à l'occupation des lieux. Par sa conception personnelle du fonctionnement des différents secteurs -salle des fêtes, salle de réunion du Conseil Général, guichets du public, composition générale des jardins-, il a fait évoluer le projet. Toute la perspective de l'entrée est le résultat d'une directive précise de sa part.
Pendant les trente mois de ce chantier financé par l'Etat, la compréhension du Conseil Général a également contribué au résultat qualitatif final.

Transparence, perennité, modernité

Côté jardin

La variété de l'écriture des étages hauts et bas -zones de transparences- enchâssant les étages des bureaux des différents services -zone réfléchissante mordorée- exprime clairement le souci de recherche de variété, de modèle des différentes fonctions.

D'autre part, la mise en place recherchée de chacun des plans de façade crée des perspectives de découvertes différentes de l'ouvrage.

"En regardant la Préfecture, m'a fait remarquer un confrère, pourtant souvent critique, on sent que vous avez été heureux en la réalisant..."
C'est vrai !

Daniel BADANI, Architecte

Atelier d'architecture et d'Urbanisme Badani et Roux-Dorlut

Préfecture du Val de Marne  
   
sculture
Mur vivant de la salle des fêtes
Traité en acier perforé et anodisé bronze permettant
les projections de films. Sculpteur : Pierre SABATIER