Actualités

Virginie, vice-présidente, patiente expertpartenaire, Entreprises contre le Cancer

 
 

« Mon parcours, c’est vraiment mon engagement personnel. Je vais avoir 46 ans. On m’a diagnostiqué un cancer du sein à l’âge de 35 ans, ce qui est jeune pour ce type de cancer puisque moins de 10% des cancers du sein concernent des femmes de moins de 40 ans ».

« A l’époque, j’étais commerciale grandes entreprises. Je suis restée un an en arrêt maladie. Je n’ai pas eu d’accompagnement de la part de mon entreprise durant cette période, j’ai en revanche connu un très bon retour au travail. Durant cet arrêt, je me sentais vraiment esseulée et je me suis rendue compte qu’il y avait des manques dans la société pour toutes ces jeunes femmes encore actives ».

« Je me suis formée et suis devenuepatient-expert. J’ai eu deux diplômes à la faculté de médecine de la Sorbonne, l’université des patients, l’un en accompagnement des patients en cancérologie, l’autre en démocratie de santé. J’ai continué avec une formation en programmation neurolinguistique,jusqu’à l’obtention de la certification de praticien PNL. Mon but, c’était de faire de l’accompagnement de malades ».

« Être patient-expert, c’est être à l’écoute, accompagner, comprendre le malade. Ce sont des personnes diplômées, c’est-à-dire qui ont déjà pris le dessus sur la maladie,en resilience et qui se sont formées et diplômées pour accompagner les autres , elles sont passées de l’expérience à l’expertise».

« Entre temps, j’ai rencontré le directeur des Entreprises contre le cancer, qui a effectué le même diplôme que moi, et j’ai eu le coup de foudre pour cette association. Je suis rentrée en tant que bénévole puis je suis passée administratrice et élue vice-présidente. J’ai une RQTH (reconnaissance qualité travailleur handicapé), je travaille 4 jours par semaine en tant que consultante retraite et Action sociale grandes entreprises, et les vendredis je suis bénévole au sein de l’association ».

« C’est auprès et à travers le monde de l’entreprise que je souhaite faire du plaidoyer. L’enjeu est de délier les langues, de libérer la parole pour briser les tabous autour du cancer avant même d’en être atteint. Tout cela se fait en amont du cancer, c’est de la prévention et de la sensibilisation. Les entreprises contre le cancer sensibilisent aussi les entreprises aux enjeux de communication auprès des salariés sur leurs droits, quelques soient leurs pathologies ».