Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux Justes de France

 
 
Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux Justes de France

Le décret n°93-150 du 3 février 1993, signé par le Président de la République, François Mitterrand, institue une journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commisses sous l'autorité de fait du "gouvernement de l’État français" (1940-1944).

La loi n°2000-644 du 10 juillet 2000 reprend et modifie le décret en intégrant un hommage aux "Justes" de France.

Cette commémoration est fixée au 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, si ce jour est un dimanche ou sinon le dimanche suivant.

Ce jour est ainsi l'occasion pour la Nation de témoigner sa reconnaissance à tous ceux "qui ont recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur propre vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide".

Ce dimanche 17 juillet 2022, au Monument des Libertés situé sur le parvis de l'Hôtel de ville de Créteil, M. Mathias Ott, Préfet délégué pour l'égalité des chances a présidé la cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux Juste de France.

Cette cérémonie organisée par la Mairie de Créteil, s'est déroulée en présence de  M. Olivier Place, Maire adjoint de Créteil, chargé des anciens combattants et de la mémoire, de M. Albert Elharrar, président de la communauté juive de Créteil, de M. Elie Mimran et de M. Ary Szenkier, rabbins, des autorités civiles et militaires du département.